CINEMA ATALANTE - BAYONNE

"Une Vie" de Stéphane Brizé

Infos : Ce film est sorti le 23 novembre, et c’est une adaptation du roman « une Vie » de Guy de Maupassant. Il a obtenu 2 nominations au Mostra de Venise : Un lion d’or et un prix spécial du Jury. Ce film est un drame et est une production franco-belge.

Vous pouvez bien sûr aller le voir, il passe actuellement à l’Autre cinéma.

Synopsis : L’histoire se déroule de 1819 à 1848. Jeanne est une jeune fille qui est sortie d’un couvent après y avoir passé 5 ans. Elle rentre donc vivre chez ses parents : Monsieur et Madame Le Perthuis dans un grand château. Jeanne y passe de paisibles jours. Elle rencontre Julien de Lamare, un jeune homme noble avec qui elle se marie et dès lors, le rêve de l’amour idéalisé par Jeanne va se briser...

1-      Un amour rêvé :

Dès le début du film, on sent que Jeanne est un personnage enfantin, et pur; presque angélique. Ses parents favorisent cette innocence en la plaçant dans un couvent, puis en la gardant près d’eux, à la campagne. Leur maison représente un havre de paix, éloigné de tous les soucis de la vie.

Jeanne vit donc en décalage de la réalité ; elle ne laisse jamais les problèmes troubler son bonheur, ni sa vie future qu’elle s’est parfaitement imaginée.

Son mariage avec Julien marque une coupure entre ses illusions et la réalité. Par exemple, lors de sa nuit de noces (qu’elle voulait romantique), elle se retrouve brusquée par les désirs sexuels de son mari. Julien est loin du modèle de l’homme idéal, qu'elle s'était faite, car il la trompe et la laisse souvent seule.

Bien que la vérité blesse Jeanne, elle la supportera toujours mieux que le mensonge, qu’elle tient en horreur. Cette facette de Jeanne constitue un des plus grands paradoxes du film.

2-    De la nostalgie et du courage :

On assiste ensuite à un renversement de situation ; Jeanne déçue des tournures que prennent les évènements, va décider de se réfugier dans le passé et ressasser sa jeunesse. Les musiques du film se coupent pendant ces flashbacks.

Par la suite, une monotonie s’installe: le château, au départ si chaleureux, se vide petit à petit de ses habitants et du bonheur qu’il contient.

Jeanne devient passive et résignée. Elle endure les épreuves, encaisse les coups et se referme sur elle-même. Elle a toujours un cœur généreux : elle épargne donc ses souffrances aux autres.

Malgré les nombreuses difficultés comme la mort de sa mère, la tromperie de son mari, elle ne se laisse jamais aller et garde la tête froide. Les détails frappants qui le prouvent sont les poésies qu’elle se récite, durant la quasi-totalité du film pour se redonner du courage.

 

3-    L’évolution :

Ces poèmes montrent aussi l’évolution du personnage de Jeanne: au début exaltée,  puis de plus en plus maussade et triste. Elle n'a fait que subir les erreurs des autres durant toute sa vie. En effet, les personnages interviennent auprès de la jeune femme et leurs actions (positives ou négatives), déterminent la suite du déroulement sa vie.

L’amour dramatique, n’est pas un thème très original. Seul la façon dont il est montré dans ce film le rend unique : c’est une évolution constante, avec des joies et des peines et une lente descentes aux enfers. Ce point est donc pour moi, le plus captivant.

4-    La place de l’Eglise :

Enfin, ce film dénonce par des dialogues assez subtils, les échecs possibles et fréquents de l’église, qui ne prend pas toujours les bonnes décisions. Maupassant prend donc des risques car la religion est très importante à son époque…

Conclusion: C’est une bonne adaptation du classique, mais qui est un peu répétitif car la vie de Jeanne est aussi assez monotone. Je pense que ce serait mieux de lire le livre, afin de connaitre les éléments que l'adaptation n’a pas pu retranscrire.

 

« Mademoiselle », un film coréen de Park Chan-Wook

 

LE JOURNAL DU LYCEE

INFOS RESTRUCTURATION

 

Copyright Lycée René Cassin Bayonne© 2014. Tous droits réservés.