Index de l'article
ATELIER THEATRE
Philippe CHATARD
Arthur PERROT
PROJET DECEMBRE 2014
INFORMATION ATELIER THEATRE
Toutes les pages

Qui sommes-nous ?

L’atelier théâtre du lycée Cassin est un atelier de pratique artistique co-animé par un professeur diplômé en enseignement du théâtre (Isabelle Rossignol) et un comédien Professionnel de la compagnie bayonnaise Hecho en Casa (Ludovic Estebeteguy).

Cet atelier est intégré à l’axe culturel du projet d’établissement du Lycée qui finance, avec des crédits d’état, notre travail.

L’atelier a lieu tous les mercredis après-midi de 13H45 à 16heures au foyer du lycée.

 Cet atelier fait l’objet d’une convention avec la compagnie Hecho en Casa mais aussi  avec la Scène Nationale de Bayonne notre partenaire culturel dans ce fabuleux projet.

La philosophie de l’atelier est triple : prendre du plaisir à jouer c’est-à-dire  à rencontrer des œuvres qui nous parlent, à nous adolescents, travailler avec des artistes et non des profs en groupe, avec les autres, e pas être dans une compétition, dans une évaluation mais dans un parcours humain qui nous confronte aux autres avec nos forces et nos faiblesses.

Chaque mercredi le groupe de l’atelier est amené à se confronter à ces trois points à travers des trainings qui mettent en jeu la relaxation, le travail sur le corps, si difficile à l’adolescence puis le jeu et ses audaces.

A partir de la rentrée de février le groupe préparera la pièce qu’il représentera en juin à la MVC du Polo Beyris à Bayonne, le jeudi 4 juin à 20H30…

Cette année nous travaillerons sur un texte contemporain consacré aux exclus : une comédie à la fois drôle et amère écrites par de grands auteurs contemporains avec , à certains moments, des passages musicaux, joués et chantés : les Exclusés ou le cabaret de la p’tite misère , pièce éditée par l’avant –scène théâtre.

L’atelier cette année est composé de seize élèves : Yon et Luka Garbisu - Adrien Arsaut - Arthur Perrot - Tom Genestine - Sylvain Néron - Rose Burette - Philippe Chatard - Emma Gomez - Alexandre Arrieta - Julie Arricau-Cassiau - Léna De Sousa - Chloë Charpentier - Léo Micouin - Galiane Bergonzoli - Léa Campistron

                       

                            


 Je m'attendais à ce que l'on fasse un atelier similaire à celui qu'on avait fait sur L'assommoir, c'est à dire faire une sorte de mise en abyme et incarner des personnages qui jouent et qui racontent l'histoire d'autres personnes. Mais au lieu de bien suivre l'histoire de l'oeuvre adaptée, Yann nous a fait improviser, et c'est une exercice dur qu'on devrait faire plus souvent, ça ouvre l'imaginaire et ça aide à travailler en équipe, et c'est ça que j'avais besoin de travailler. 

Du début à la fin, j'ai trouvé Yann passionné par ce qu'il fait, et j'ai vu qu'il veut nous apprendre quelque chose, et avec son aise, qui a grandit peu à peu plus le temps est passé, il nous a proposé des exercices de plus en plus intéressants et compliqués. 

 J'ai donc appris à ne pas trop parler avant la préparation d'une impro (notre groupe parle trop), j'ai aussi appris à observer les autres comédiens, accepter leur proposition d'impro, à partir loin avec toutes nos propositions et idées réunies. J'ai aussi appris l'histoire de Moby Dick, et celle qu'on a créé tous ensemble est peut-être mieux que l'originale. 

        

 Le travail en deux temps fait avec Yann était vraiment hors du commun ! Dans un premier temps nous avons reconstruit une histoire (qui n'avait rien à voir avec la version originale de Melville ou celle qui allait être joué par le comédien le lundi suivant) à partir de vieux souvenirs. Après ce travail de groupe, nous avons alors découpé notre histoire en 5 parties. Qui ont étés directement improvisés et joués. Cette manière de travailler très dynamique sur des sujets très très précis en improvisation était vraiment une première je pense. Il fallait être tout de suite cohérent avec son groupe, faire une rapide distribution des personnages entre la baleine, Ismaël, le capitaine, le sauvage, l'équipage etc. Le travail qui nous a été proposé par Yann était extrêmement rythmé, cela permettait a chacun d'entre nous de tout le temps présenter quelque chose, d'essayer, de construire, de soumettre notre vision de chaque partie de manière différente. Beaucoup d'activités autour de la thématique du groupe, de la choralité qui ont permis de nous souder. J'ai aussi énormément apprécié le travail sur les machines et les images fixes (par exemple : machine a sauvages, machine a noyade, vous êtes le communisme, vous êtes de la nourriture) qui demandait une précision et une écoute avec son groupe sur une durée très courte. 

Ces deux jours a travailler ensemble ont aboutis à une production d'une histoire courte de Moby Dick, cependant sans laisser de côté les émotions que nous avons tous ressenti à travers nos exercices et nos personnages, encore un grand merci à Yann d'être intervenu.


 

A la rencontre de Moby Dick de Fabrice Melquiot, décembre 2014

Projet mené en partenariat avec la scène nationale de Bayonne .

Cette année notre week-end théâtre a eu lieu sous l’égide de la compagnie de Saint Etienne qui jouait le dimanche 7 décembre à Bayonne , la version contemporaine de Moby Dick librement inspirée de Melville et magistralement écrite par un grand auteur de théâtre contemporain : Fabrice Melquiot .

Pendant deux jours, le groupe a travaillé avec Yann Métivier comédien de la compagnie de Saint Etienne autour d’improvisations centrées les personnages de la « légende «  de Moby Dick : le capitaine Achab,la baleine, Ismaël…

Une belle rencontre, des fous rires et la découverte du « Re-jeu », technique inspirée de l’école de théâtre de Saint Etienne : on joue une scène en improvisation pendant qu’une partie du groupe en espace public regarde attentivement les choses . Ensuite ce groupe donne son avis et les comédiens sur le plateau rejouent tout de suite en essayant de changer , par moments, leur première proposition.

                                               


Un petit mot de l’atelier théâtre du lycée Cassin

A l’attention des parents d’élèves.
De la part d’Isabelle Rossignol, professeur de lettres et de théâtre.



Je suis désolée de n’avoir pu cette année accueillir davantage d’élèves à l’atelier théâtre. Je commence par ce constat qui reflète sincèrement un état de faits. Mais il m’est matériellement impossible d’accueillir plus de 18 élèves le mercredi après-midi pour plusieurs raisons :
•    Le nombre est déjà considérable dans la mesure où je suis seule à encadrer cet atelier. Il est important pour la qualité du travail entrepris que je conserve un lien humain avec les adolescents présents, que je m’occupe de leurs progrès, de leurs peurs. Le comédien professionnel qui m’assiste  à partir d’octobre me suit sur ce point. Nous avons monté cet atelier il y a trois ans dans le but que notre groupe s’épanouisse, établisse une relation à la mise en jeu, aux autres,située sur un autre plan que celui envisagé dans une salle de  classe.
•    Les projets que nous menons avec la scène nationale mais aussi avec les Lézards qui bougent (la couverture du festival des Improbables) me demandent une présence sur le terrain avec l’atelier, dans divers lieux de Bayonne. Le nombre est ici encore une fois un facteur essentiel .

Je comprends la déception de certains , que j’entends depuis deux semaines. Il y a , je vous le concède une part d’injustice à partir du moment où le nombre de demandes excède mon engagement personnel. Je ne peux pas passer, dans toutes les classes du lycée ni organiser une sélection quelconque ou  un « casting » ,  qui ne sont  pas dans l’esprit de ce que j’ai créé.
De plus, la priorité est accordée aux secondes, en lien avec le projet d’établissement du lycée, dans le cadre du volet de l’action culturelle : or,  je n’ai pu en prendre cette année que cinq. Mes élèves de terminales partis, les autres ont choisi de continuer. Je ne me voyais pas les congédier. Ce  sont des élèves qui sont là pour la troisième année, depuis la création de l’atelier : il est fondamental de construire avec eux un projet dans la continuité de leur évolution, de leur épanouissement
.Des secondes avaient réservé leurs places au mois de juin après notre représentation : il m’était impossible  pour ces derniers de trahir ma parole.
Et j’ai « puisé » dans mes élèves de seconde  pour les nouveaux  .  
Je rappelle également, même si je possède la certification théâtre, que l’atelier n’est pas réservé à l’option facultative théâtre que certains auraient légitimement aimé passer dans ce cadre. Les élèves que j’ai déjà depuis la seconde passeront très certainement cette option et je ferai mon travail sur ce point.
Mais l’esprit de l’atelier est ailleurs : c’est une ouverture culturelle, un moment de plaisir et je crois que l’engagement des élèves à l’intérieur de ce dernier, les désirs qu’il suscite, sont liés à cet aspect. Une respiration en dehors du lycée, une parenthèse artistique…







LE JOURNAL DU LYCEE

INFOS RESTRUCTURATION

 

Copyright Lycée René Cassin Bayonne© 2014. Tous droits réservés.